Église du Très-Saint-Nom-de-Jésus

Lors de la construction de l'église de la Nativité-de-la-Sainte-Vierge-d'Hochelaga, en 1876, les autorités ecclésiastiques de cette paroisse rêvaient d'en faire une cathédrale et lui donne une taille imposante. Les travaux ont produit un temple étonnant, de style romano-byzantin, caractérisé par une voûte cintrée bien appuyée sur des colonnes dégagées et des arches latérales semi-circulaires. En 1913, on confie à un peintre québécois du nom de Toussaint-Xénophon Renaud le soin d'orner les voûtes de tableaux appropriés. On a doté cette église d'immenses fenêtres afin de les orner de vitraux que l'on commande à un fabricant de Limoges (France).

http://diocesemontreal.org/leglise-a-montreal/nos-lieux-de-culte/nos-paroisses/paroisse/saint-nom-de-jesus.html

Raymond Perrin

Formé comme organiste tout d'abord (Antoine Reboulot, Bernard Piché, Noëlla Genest, Daniel Roth), M. Perrin fait également des études de clavecin et d'écriture. Il remporte, en 1978, le 1er prix du Concours John Robb (CRCO, Montréal), le Prix Interrégional de l'Est de France en 1982 et le 1er Prix du Concours National du CRCO (Ottawa, 1983).

Titulaire de la classe d'orgue au Conservatoire de Trois-Rivières, il y dirige aussi la chorale, enseigne le clavecin, l'harmonie au clavier et l'improvisation.

Il développe, à la demande du Festival Orgues et Couleurs, le concept des matchs d'improvisation à l'orgue, un volet d'activité qui le fera connaître en Belgique et en France. Il poursuit aussi en dilettante une carrière de compositeur (œuvres pour chœur a capella ou avec accompagnement de piano ou de grand orchestre, voix solo, musique de chambre).

À l'Université de Montréal, il est responsable du programme de baccalauréat général. Raymond Perrin a également œuvré en tant que directeur général à l'Orchestre symphonique de Trois-Rivières.

Laissez un commentaire

comments