Le site cavernicole de Saint-Léonard

En 1815, un article du journal Le Spectateur révèle l'existence de la caverne, et c'est vers cette époque que l'intérêt à l'égard de la caverne s'accroît. De plus en plus de personnes, principalement des habitants de Saint-Léonard et des scientifiques, viennent la visiter. Il faut cependant attendre jusqu'en 1979 avant que les autorités municipales reconnaissent officiellement ce joyau caché, et ce n'est qu'en 1980 que l'entrée de la caverne et l'îlot d'arbres qui l'entoure sont désignés comme site cavernicole. Enfin, en 1988, la Communauté urbaine de Montréal déclare la caverne site patrimonial d'intérêt régional.

La caverne, également connue sous le nom de Trou de fée, est longue de 35 mètres, avec une dénivellation de huit mètres. L'entrée donne accès à une salle rectangulaire d'environ trois mètres de largeur, treize mètres de longueur et deux mètres de hauteur.

Des échelles fixes permettent aux visiteurs d'explorer un puits d'une profondeur de cinq mètres. Il n'est toutefois pas nécessaire de descendre jusqu'au fond de la caverne pour ressentir l'atmosphère typique d'une grotte.

http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=7157,87111576&_dad=portal&_schema=PORTAL

François Lavallée

François Lavallée a acquis une solide réputation dans le milieu du conte. Depuis 1995, il travaille activement à revaloriser la littérature orale. «Mon parcours est celui d'un ramancheur de vieilles légendes, de collecteur d'imaginaires, de rêveur de réalités et de diseur d'humanité qui dit comme il respire… Le conte est la parole d'un individu portant en bandoulière sa parole, ses idées, ses préoccupations, ses rêves… Bref, le bagage du voyageur à partager par le biais d'entretiens avec l'autre, tout cela dans le but de se rencontrer, de se regarder soi-même dans le miroir de l'autre et de développer sa vision du monde», dira l'artiste.

http://www.mcc.gouv.qc.ca/index.php?id=3414&tx_culteduc_pi1%5BshowUid%5D=494&cHash=b115fda01b6e2fd326f7ee8fea0e896a

Laissez un commentaire

comments